ah la la… je sais pas vous, mais moi, j'ai rien à dire en ce moment… dingue, un vrai nanalphabete comme ses pieds, incapabe d'écrire 3 lignes. mais bon je ne desespère pas.
Donc rien à dire.
Week-end basique, environ 800 km en train, puis un petit millier de kilomètres en auto, rien que de très banal.
Tout ça pour ramener ça :

wolwo







Que voulez-vous ma bonne dame, on n'se r'fait pas !

Ah si, tiens, à propos d'auto, je voulais vous parlez d'un truc qui me turlupine (d'ours!) depuis un bon moment (t'à l'eau , ahah, je suis vraiment trop fort!).
Avez-vous déja remarqué ce phénomène limite para-normal que l'on observe souvent au dessus de nos merveilleuses autoroutes françaises ; celui des enfants qui font coucou.
Je me suis souvent demandé à quoi pouvait bien servir d'agiter connement les bras sur un pont d'autoroute, en se prenant des cadavres de moustiques rebondissant sur les pare-brises, le vent en pleine gueule, du bruit plein les oreilles, des particules plein les poumons, devant un parterre médusé d'automobilistes chauffardeux obnubilés par, pêle-mêle, les radars, leur moyenne, les résultats du tiercé, l'état de propreté des toilettes de la station total (vous n'irez plus chez eux par hasard) et l'éventuelles candidatures de Lionel J., grand comique troupier, qui, décidément, nous fera toujours bien rigoler… sacré Lionel !
à la vu de ces jeunes décérébrés agités du poignet, j'ai d'abord pensé que j'avais oublié à Biarritz mon "baise-en-ville-et-nulle-part-ailleurs", et que mes petits cousins basques s'étaient soudain transformés en supermans-superpratiques-superbonatoufaire, afin de me rattraper à vitesse supersonique pour que je puisse, ce soir, me laver les dents avec ma brosse à dents fétiche, que m'avait offert Claude François quelques jours avant ses problèmes d'éclairage… et en fait non.
Alors me dis-je, ce sont des enfants illégitimes que j'aurais eu dans une vie antérieur et qui, à chaque fois, me guettent et espèrent que cette fois-ci je vais m'arreter pour les embrasser leur jolie tête blonde et caresser leur mère… mais n'ayant pas d'enfants illégitimes, je dus écarter cette hypothèse…
Lorsque soudain, je compris : ces enfants sont tout simplement atteints du syndrome du "petit Igor", plus connu sous l'appellation "théorème du p'tit Igor"
J'suis con, c'était évident…

Sinon, revenu dans le droit chemin, mais toujours aussi con, ça va.